Black & White - Numéro Ultime (Hommage)

Remettons d'abord les choses dans leur contexte. Laurent Hopman, rédacteur en chef de feu Black & White, n'est plus le Neverland Knight (Chevalier de Neverland) qu'il s'évertue pourtant à paraître. Loin de ses anciens idéaux "anti-presse people" et "pro-Jackson jusqu'à la mort", c'est un Laurent Hopman tout changé qui nous revient. En effet, ce dernier a fait un petit voyage par la case "retournement de veste" en passant par la case départ (il n'a d'ailleurs pas oublié de prendre ses billets au passage). Son torchon people "Oops!" l'atteste, et montre à quel point les années Black & White sont lointaines dans l'esprit de celui qui n'hésite plus aujourd'hui à critiquer le Roi de la Pop, à faire des blagues potaches et ridicules sur son physique et à répandre les rumeurs les plus stupides à son sujet.
Peut-on lui trouver une excuse ? Non ! Il faut bien gagner sa vie vous dîtes ? Excuse bidon : il y a d'autres moyens viables dans le monde de la presse que de cracher bêtement sur des gens qu'on ne connait pas. Tout professionel que Laurent Hopman est devenu (grâce à Michael car avant B&W il n'était pas grand chose, ne l'oublions pas), ce changement de voie, selon moi, lui a enlevé toute crédibilité. Quand la motivation financière l'emporte sur la passion, on a droit a une ultime révérence au goût détestable d'ultime retournement de veste.

Quelques mots sur le mag, quand même. Malgré les faits exposés plus haut, il ne serait pas honnête de dire que ce numéro est de moins bonne qualité que les précédents. Au contraire, faisons la part des choses et disons les telles qu'elles sont, il est grandiose.
Ce Black & White se présente comme un Hors-Série, de par son format plus épais qu'un simple magazine. Cela exclu donc malheureusement la possibilité de posters, ce qui est dommage aux vues des magnifiques photos inédites dont l'équipe semblait disposer.
Le contenu, lui aussi, n'a rien à envier aux Black & White d'antan, et encore moins aux innombrables Hors-Séries et numéros spéciaux en tout genre sortis après la mort de Michael.

La rédaction suit l'hitoire de la carrière de Michael tout en la rattachant à celle du magazine (les numèros qui se succèdent, les projets de l'équipe, les projets qu'elle développe avec et pour Michael ...). Ensuite, on a droit à une succession d'interviews exclusives de pas mal d'anciens collaborateurs du King of Pop : des metteurs en scène, des scénaristes, des arrangeurs, des musiciens etc ...
Pour ponctuer le numéro, Call Hector (le collecionneur inventé par l'équipe de Black & White, dégoulinant d'arrogance et de grossièreté malvenue et inutile) nous propose une liste de disques tous plus faux les uns que les autres. En effet, bon nombre de ces collectors ne sont en fait que de vulgaires inventions (le Signature Series #2, et les deux Laserdisc notament). Triste révérence.

Ci-contre, la Back Cover, aussi fascinante qu'effrayante (Cliquez pour agrandir).

Retrouvez-le parmi ceux de sa catégorie : LIVRES/MAGS > Black & White Magazine

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Copyright © 2009-2011, MJGeniuscollection.
Mentions Légales / Crédits
Site internet dédié aux collectors Michael Jackson. Créé et mis en ligne par MJGenius en Janvier 2009.

Accueil - Forum - Boutique - Facebook - YoutubeContact - Newsletter

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×